Menu

Gestion d’eau dans les oasis marocaines, migrations et le rôle de l’état : crise ou transformation ?

Sous-titre : L’exemple du Todgha-Ferkla
Type de publication :
Article scientifique
Auteur :
Hein de Haas
Année de publication : 2007
Pays : Maroc
Langue(s) : Français
Télécharger

Présentation du document

Depuis les années 60, la gestion traditionnelle des ressources en eau dans les oasis marocaines a été fondamentalement remise en cause. Dans le discours public et même académique, la «crise d’eau» (tarissement des puits, sources et khettaras) qui caractérise vraisemblablement la plupart des oasis est généralement liée à des facteurs biophysiques de nature exogène comme le changement climatique, la «désertification» ou des maladies phytosanitaires qui attaquent le palmier dattier comme le bayoud. Pourtant, il s’agit d’une logique trompeuse car, en réalité, les principales causes de cette crise perçue sont liées aux transformations profondes dans le tissu social,
culturel et économique des sociétés oasiennes. L’objectif de cette contribution est d’analyser la nature et les causes fondamentales de ce changement dans la gestion d’eau à titre d’exemple de la zone oasienne du bassin-versant du Todgha-Ferkla (Tinghir-Tinejdad) dans les provinces de Ouarzazate et Errachidia au sud du Maroc. A partir de cette analyse, nous identifierons des possibles solutions pour des problèmes liés à la gestion d’eau, et en particulier a propos des responsabilités et du rôle que l’état devrait jouer dans ces processus.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.