Menu

L'oasis, qu'est-ce que c'est ?

Le rôle des oasis, la répartition dans le monde, les éléments clés...

 Rôle historique des oasis

Les oasis sont des espaces conçus par l’être humain, dans des environnements arides ou semi arides, tout au long de l’histoire de l’humanité. Le terme oasis vient de l’Égypte ancienne. Il désigne les lieux éloignés de la vallée du Nil échappant ainsi partiellement au pouvoir.
L’eau : c'est l’organisation spatiale et sociale d’une oasis. Les oasis sont des lieux d’exercice d’appropriation de l’eau, ressource rare dans ces zones, où les habitants rivalisent d’ingéniosité pour faire perdurer son exploitation et leurs modes de vie. De tout temps, les oasis ont connu des abandons, des batailles et des dégâts climatiques.

 

Présentation de l'écosystème oasien

Les oasis abritent 150 millions de personnes tout au long de la grande zone aride qui s'étend de l’Afrique à l’Asie, du Sahara à la Mongolie. Les plus anciennes ont été développées il y a plus de 2 000 ans. Ce sont des agro-systèmes patiemment élaborés par ses habitants sous forme de constructions sociales, écologiques et économiques très complexes. Véritables modèles de développement durable, les oasis représentent un écosystème spécifique à protéger!

Les oasis constituent des écosystèmes uniques, construits et maintenus par l’être humain depuis des générations à partir d’une gestion rigoureuse des ressources naturelles. Ces agro-systèmes sont caractérisés par un environnement avec de faibles précipitations (parfois moins de 50 mm par an en zone hyperaride) et une forte amplitude thermique journalière allant de 30° à 60°C, accompagnée de températures nocturnes avoisinant 0°C selon les saisons.

L’oasis traditionnelle se caractérise par la superposition de trois étages végétaux permettant de créer un environnement propice au développement des cultures:

  • La strate arborée avec le palmier dattier qui culmine de 15 à 30 m et dont les feuilles filtrent les rayons du soleil (la tête au soleil, les pieds dans l’eau) évitant une trop forte évapotranspiration liée aux fortes chaleurs et à l'air très sec
  • La strate arbustive (ex: henné, grenadiers…), des vignes accrochées aux palmiers et des arbres fruitiers (ex: pommiers, orangers, abricotiers, pêchers…)
  • La strate herbacée avec les plantes basses pour le fourrage (ex: luzerne), le maraîchage avec de nombreuses variétés oasiennes, des plantes aromatiques et médicinales). Les plantes fourragères alimentent les troupeaux qui, par leur fumier, maintiennent la fertilité des sols.

Cette superposition a pour conséquence de créer « l’effet oasis », sorte de microclimat interne à l’oasis, créé sous la protection du palmier. Humidité, chaleur et lumière sont ainsi propices au développement des systèmes de culture et d’élevage, optimisant l’espace dans un milieu où les terres fertiles sont rares.

Répartition dans le monde, chiffres-clés

- Population concernée : 150 millions hab

- Total de superficie des oasis : 350 000 ha

- Utilisation globale de l'eau : 70% pour l'agriculture

- Focus sur le Maghreb : 75% des terres sont arides

Quelques mots oasiens

  • Agroécosystème: les oasis sont une construction de l’être humain, qui, depuis des millénaires, a peu à peu transformé des parcelles du désert en zones productives agricoles, et plus largement en lieux de vie.
  • Biodiversité: englobe la diversité des espèces vivantes, des écosystèmes, de leurs caractères génétiques et leurs interactions. Les oasis sont toutes diverses. L’agriculture qu’on y trouve est écologiquement durable. C'est une agriculture d’association, qui créé des laboratoires de biodiversité.
  • Datte: fruit du palmier dattier, elle est largement consommée dans les oasis où le socle de l’agriculture est le palmier dattier. Source de tradition, elle est utilisée séchée, fraîche, en vinaigre, en confiture, etc.
  • Élevage: traditionnellement l’élevage est intrinsèquement lié aux oasis par le passage régulier et indispensable des nomades. L’élevage nourrit les terres agricoles oasiennes.
  • Effet oasis : microclimat créé par l’association de cultures sur trois étages souvent composée du palmier dattier, d’arbres fruitiers et de cultures maraîchère ou fourragères. Il crée l’atmosphère propice à la vie dans le désert.
  • Eau: l’eau est la source de vie des oasis. Les oasiens ont mis en place des systèmes ancestraux élaborés de gouvernance pour la gestion de cette ressource essentielle mais menacée. 
  • Henné: cultivée dans l’oasis, cette plante bien connue colore les mains et les cheveux des habitantes de l'oasis.
  • Jardins: terrains cultivés dans les oasis, constitué d’un système à trois étages avec le palmier dattier en haut, les cultures arbustives au milieu (grenadiers etc.) et les cultures fourragères et maraîchères au pied.
  • Jmaa: La “jmaa” est, au Maroc, l'instance coutumière communautaire en charge du Ksar, dont l'eau. 
  • Ksar: Le “ksar” désigne le village fortifié qui historiquement regroupait des communautés, que l’on retrouve généralement à côté des jardins oasiens.
  • Palmier: Phœnix dactylifera. Fondement de l’écosystème oasien, cette plante (et oui ce n’est pas un arbre!) permet d’apporter ombrage aux plantes cultivées aux étages inférieur leur apportant protection. Au-delà de la production de datte, le palmier a de nombreux sous-produits: autant que de jours de l’année d’après un proverbe arabe !
  • Patrimoine: les nomades caravaniers ont historiquement tenu un lien permanent entre les oasis du monde. Bien qu’il y ait autant de diversité que d’oasis, cela a tissé un patrimoine commun architectural, culturel, social et agricole fort.
  • Phœniciculture: la culture du palmier dattier contribue de 20 à 60% au revenu agricole de plus de 1,6 millions d’habitants des régions pauvres des confins du Sahara.
informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.