Menu

Rencontres au centre de formation agroécologique AKREZ

L’association pour la protection de l’environnement de Béni Isguen (APEB) a organisé quatre journées de rencontres au centre Akrez dans le courant du mois d'août 2018.

L’APEB a profité de la présence des concitoyens vivant hors de Béni Isguen et qui n’ont pas pu assister aux journées de lancement du projet en mars 2018 pour organiser quatre journées de rencontre au mois d’août.

Après l’allocution de bienvenue aux invités, M. Ider Mohammed, Président de l’APEB, a commencé par faire une introduction de l’historique de l'association, ses objectifs, son fonctionnement, ses activités et du partenariat avec l'association française Centre d’action et de réalisation internationale (CARI). Ce moment a également permis de présenter le réseau dont est membre l'APEB en tant que point focal en Algérie, le Réseau associatif de développement durable des oasis (RADDO).

Le chargé de mission M. Yahaya Ahamed a présenté le projet porté par le CARI et mise en œuvre par l’APEB en Algérie « Appui aux acteurs locaux pour un développement rural durable des oasis du sud algérien », ses objectifs, ses activités, ses résultats et surtout l’état d’avancement du projet depuis son lancement. Ce projet est réalisé dans le cadre du programme PAP Enpard.

L’assistant au coordinateur M. Sidi Aissa Hadj Mohammed, a présenté aux participants la station de phytoépuration du centre et le jeu « Sauvons l’oasis », son objectif et ses règles. 

Tout au long des journées de rencontre, il y a eu des débats riches et variés entre les participants et les membres de l’APEB sur les problématiques qui touchent l’oasis et la ville de Béni Isguen, (particulièrement sur la pollution de la nappe phréatique, l’avancé du béton), le rôle de l’APEB comme acteur important dans le domaine de l’environnement local, dans la sensibilisation et la participation des autres parties prenantes dans la recherche de solutions.

L’équipe de coordination, ainsi que le Président de l’APEB ont bien expliqué aux participants les objectifs du projet cofinancé par l’union européenne, tout en mettant l’accent sur le plaidoyer qui va sans doute aboutir à des textes de lois et une mobilisation massive pour protéger et sauvegarder notre écosystème oasien.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.