Menu

Les Oasiens mobilisés à la COP 14

Le Réseau Associatif de Développement Durable des oasis (RADDO) a participé activement à la quatorzième Conférence des Parties de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la Désertification (COP 14) du 2 au 13 septembre 2019 à New Delhi en Inde. Etaient présents dans la délégation les membres du réseau que sont l'AOFEP au Maroc, l'APEB en Algérie, Tenmiya en Mauritanie, et l'ACDD en Tunisie.

La COP 14 a permis d’examinerles progrès accomplis, en particulier au cours des deux dernières années, pour contrôler et inverser les pertes de terres productives résultant de la désertification, de la dégradation des sols et de la sécheresse. Celles-ci sont considérées comme des menaces croissantes pour la paix et la sécurité dans les pays développés et en développement en raison de la perte généralisée de moyens de subsistance pour les communautés et même des régions entières.

Parmi les problèmes nouveaux et pertinents abordés par les gouvernements, figurent l’interaction entre le climat et la terre, l’optimisation de la combinaison de demandes alimentaires, énergétiques et environnementales imposées à la terre, le lien rural-urbain, la rétroaction négative de la dégradation des terres sur la pauvreté et la santé humaine, l'énorme opportunité que peuvent offrir les chaînes de valeur durables, le rôle des communautés confessionnelles et le mouvement mondial en croissance rapide en faveur de la restauration des terres, qui sont tous deux essentiels pour parvenir à la neutralité de la dégradation des sols, qui constitue un objectif central de l'Agenda 2030.

C’est tout naturellement que les membres du RADDO ont saisi cette occasion pour plaider la cause des oasis et comptent peser de toutes leurs forces sur les décisions qui seront prises. D’autant plus que les réseaux RADDO et RESAD tirent leurs légitimités d’une rencontre préparatoire et inédite de la COP14, il s’agit du 4ème Sommet International de la Société Civile « Désertif’actions 2019 - Da’19 » organisé à Ouagadougou (Burkina Faso) du 19 au 22 juin 2019 qui a rassemblé plus de 380 participants venus de 40 pays, représentants 240 organisations, auxquelles s’ajoutent des représentants ministériels, des représentants d’agences onusiennes, d’organisations intergouvernementales et d’organisations non gouvernementales (ONG), du secteur privé et des médias. Ce sommet a permis à la société civile de partager et surtout de faire mûrir les idées qui sont partagées lors de la COP 14. Les résultats du Sommet comprennent le Rapport du Sommet international de la société civile Desertif’actions 2019 ainsi que la Déclaration du Sommet intitulée “Nous sommes la Terre qui se défend contre la désertification !”. Celle-ci décrit les objectifs stratégiques, les engagements et les actions pour la gestion des terres durables, qui sont défendus lors de la COP14.

Pour la première fois depuis 25 ans d’existence des COP, les oasiens se sont mobilisés en force pour faire entendre leurs voix à travers :

  • un side event totalement dédié aux oasis et intitulé : Initiatives oasiennes au Maghreb et bonnes pratiques de lutte contre la désertification : cas des projets GASSOM et DevOasis suivi d’un riche débat ;
  • un stand dédié aux oasis avec la contribution de nos partenaires ;
  • une présentation des oasis du Maghreb lors du side-event de l’IRD : Sécheresse et agriculture ;
  • la mention des oasis dans un statement  de la société civile sur la restauration des écosystèmes lors des débats de haut niveau
  • une intervention sur les oasis lors de la session de dialogue en plénière sur la thématique de la transmission intergénérationnelle ;
  • un side event dédié aux résultats de la Desertif-actions (DA’19). 

La COP 14 était aussi l’occasion pour les oasiens :

  • de distribuer des centaines de papiers de position nationaux et internationaux en français et en anglais :Pour une considération du rôle des femmes dans le développement des oasis en Algérie ;Sans eau, les oasis ne sont-elles pas que des mirages… ?;Pressure on oasian lands: a water and land resources challenge.
  • d'afficher des posters :Les oasis, des zones essentielles à prendre en compte ;Le projet GASSOM ;Le terrain oasien, un terreau d’initiatives de la société civile.
  • de distribuer  de nombreux dépliants de projets dont : Le projet DevOasis et Tazdait.
  • de tenir un stand riche en documentations et en produits de l’oasis (dattes, rob, miel, chocolat, farine, vinaigre, vannerie, poterie…).
  • d'organiser des réunions avec les délégations-pays respectives, la délégation de la ligue arabe, de l’UMA, le réseau arabe des OSCs et le groupe Afrique des OSCs.

Cette forte présence oasienne a permis d’informer les participants sur le rôle essentiel que peuvent jouer les oasis pour l'atteinte de la neutralité en matière de dégradation des sols (LDN). Mais aussi de présenter les agroécosystèmes oasiens et la nécessité de prendre en compte leur spécificité et reconnaître leurs savoir-faire en matière de lutte contre la désertification et le maintien de la fertilité des sols et la nécessité de prendre en compte la spécificité de cet agroécosystèmes. 

Les oasiens sont appelés à se mobiliser davantage pour permettre le maintien et la sauvegarde des oasis et plaider leurs causes dans les rencontres nationales, régionales et internationales.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.