Menu

Un nouveau souffle pour les oasis de Chenini, Bouchemma et Metouila

Le projet « poumon vert » porté par l’Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chenini Gabès et l’Association Terre et Humanisme de Tunisie est en bonne voie. Un projet qui a débuté en septembre 2016 dans les oasis littorales de Chenini, Bouchemma et Metouia dans le cadre du PGE-Gabès « appuie à la gouvernance locale de l’activité industrielle de Gabès » financé par l’Union européenne.

L’agro écologie pour la renaissance de l’écosystème oasien

L’objectif de l’initiative « poumon vert » est d’améliorer les conditions de vie de la population oasienne tout en assurant la durabilité environnementale de la zone. Le projet se décline en quatre grandes activités menées sur les 3 sites :

  • Protéger l’écosystème oasien par l’intensification de plantation de palmiers, l’amélioration de l’infrastructure hydroagricole et la réduction de la mise en valeur de terres abandonnées
  • Promouvoir et valoriser les produits agroécologiques et artisanaux avec une certification bio, des formations et l’acquisition de matériel de distillation
  • Améliorer les méthodes de production en milieu oasien en innovant la valorisation des sous-produits et en réduisant l’empreinte environnementale des produits agroécologiques 
  • Communiquer sur la protection de l’écosystème oasien avec des échanges d’expériences (séminaires, ateliers, documents…) et l’implication des jeunes dans l’effort de protection de l’environnement naturel

La force du projet est de mobiliser et d’intégrer les acteurs de la société civile dans toutes les actions entreprises grâce à des actions se sensibilisation et de concertation. Le projet « poumon vert » est exécuté en collaboration avec différents types de partenaires intervenant dans les activités du projet : le Commissariat Régional au Développement Agricole (CRDA), les Groupements de Développement Agricole (GDAs), les municipalités, l’éducation nationale et les organismes de la société civile.

Un projet qui avance

À l’heure actuelle , après moins de 2 ans de réalisation, les activités du projet ont pu être menées à bien et le bilan est positif. En effet, grâce à la participation des oasiens, pas moins de 15km de drain ont été remis en état (soit la totalité de l’objectif prévu), 7 hectares de terres ont été entièrement aménagées et 1680 palmiers ont été plantés dans les différentes oasis (représentant 65% du programme). En dehors des réalisations physiques , deux sessions de formation sur la transformation de produits agricoles et sur la gestion durable des terres ont été menées. Ainsi que des campagnes de sensibilisation auprès de 500 jeunes oasiens dans les écoles qui seront clôturées par la création de 3 clubs environnementales (lieux d’activités pour les élèves).

Selon une expression populaire des agriculteurs de Chenini : « le drainage est le poumon de la terre ». Une bien belle façon de parler d’une méthode permettant depuis de nombreuses années de diminuer la quantité de sel présente dans le sol et dans les eaux d’irrigation dans les zones oasiennes littorales. Les 15 km de drains réhabilités et toutes les autres activités donneront donc à l’oasis ce souffle dont elle a tant besoin.

Un drain réhabilité

Liens externes

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.