Menu

Projet TERO

Sous-titre : Territoires Engagés pour la Résilience des Oasis
Résumé :
Le projet Territoires Engagés pour la Résilience des Oasis (TERO) vise à renforcer la résilience des communautés oasiennes de trois pays du Maghreb (Maroc, Mauritanie et Tunisie), face aux risques liés au changement climatique à travers l'implication des jeunes volontaires locaux.
Pays : Maroc, Mauritanie, Tunisie
Année : 2018
Budget : 768 214,21 euros

Télécharger

Présentation du projet

Contexte

  • Eléments de diagnostic de la zone d’intervention :

Situées en zones arides, les oasis font face depuis des siècles aux contraintes climatiques. En lutte constante contre les phénomènes de désertification, elles ont su s’adapter à des conditions difficiles et assurer la durabilité d’un système. Les oasis, qui représentent aujourd’hui un véritable potentiel de développement dans des zones apparemment hostiles, sont des modèles d’adaptation et des outils de lutte contre la désertification qui appellent une attention particulière dans les négociations sur le changement climatique. Or, ces écosystèmes sont en danger. On constate en effet une certaine dégradation dû à différents facteurs.

  • Principales caractéristiques socio-économiques ?

Dans ces pays, l’activisme environnemental repose sur une longue tradition de bénévolat local et d’implication de la société civile. Cette mobilisation, et notamment celle des jeunes, est un puissant levier pour empêcher la désertification et la dégradation des terres.

Projet/programme

Nom : TERO – Territoire engagés pour la résilience des oasis

Partenaires :

• AOFEP – Association Oasis Ferkla pour l’Environnement et le Patrimoine (Maroc)

• ASOC – Association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (Tunisie)

• CARI (France)

• FOCSIV – Fédération des Organismes Chrétiens de Service International de Volontariat (Italie)

• TENMIYA (Mauritanie)

Durée: 24 mois (2018-2020)

Objectifs :

Objectif principal :

Contribuer à l’amplification de l’engagement des jeunes en tant qu’acteurs majeurs de l’amélioration de la résilience systémique et citoyenne face au changement climatique. Il s’agit de construire un cadre de déploiement pour que des volontaires européens puissent intégrer les mouvements de volontariat local déjà existants. Ensemble, ils développeront les réponses adaptées aux conséquences des dérèglements climatiques.

Objectifs spécifiques :

Centre de ressources dédié à la lutte contre la désertification - Fiche projet mise en ligne par le CARI

> OS1 : Renforcer les capacités des structures participantes en matière de mobilisation des jeunes et d’accompagnement des volontaires

> OS2 : Mobiliser les jeunes et créer des synergies entre les acteurs de jeunesse, de volontariat et de prévention des risques environnementaux

> OS3 : Impliquer les jeunes volontaires dans l’amélioration de la résilience des écosystèmes locaux face aux risques liés au changement climatique

> OS4 : Déployer une stratégie de communication et de plaidoyer nationale et internationale pour faire reconnaître le rôle des volontaires dans la résilience climatique

Ces objectifs sont en lien avec le Projet AGIR (Alliance Globale pour l’Initiative Résilience) financé par la DG-Echo : renforcement de la résilience face aux crises alimentaires, augmentation durable de la productivité agricole et des revenus des ménages vulnérables, meilleur accès aux denrées alimentaires…

Résultats attendus :

 > OS1 :

- Gestion des volontaires locaux : les équipes de l'AOFEP, l'ASOC, et TENMIYA auront intégré dans leur fonctionnement et leurs activités l’accueil de volontaires de leur pays. Elles seront en mesure de mobiliser des jeunes, ponctuellement ou de manière pérenne sur des missions et des engagement structurés et accompagnés

- Gestion de volontaires internationaux : les partenaires de Tunisie, Maroc et Mauritanie auront formalisé et développé leurs méthodes et outils internes de gestion des volontaires internationaux. Ils déposent et obtiennent leur demande de certification comme organisations d’accueil pour l’initiative EU Aid Volunteers.

- Partenariats et montage de projets : les membres du consortium auront la capacité à mieux construire un partenariat et perfectionné leur niveau de connaissance sur la résilience climatique dans les milieux oasiens. Ils auront identifié les besoins sur lesquels des volontaires locaux et internationaux peuvent oeuvrer ensemble.

> OS2 :

- Création de partenariats : un réseau d’acteurs, animé par chaque partenaire dans son pays, sera constitué afin de mieux mailler le territoire, d’échanger les informations, de mieux communiquer en direction des jeunes et de mieux les mobiliser pour l’amélioration de la résilience climatique des communautés et des territoires.

- Capacités à mobiliser et accompagner de jeunes volontaires locaux : l’identification des groupes cibles vers lesquels la communication sera améliorée, les campagnes de communication sur les activités seront plus efficaces, les partenaires auront mieux compris comment lever les freins à un engagement continu et pérenne des jeunes et sauront mieux les accueillir et les accompagner, leur confier des missions adaptées.

> OS3 :

- Renforcement technique des organisations et communautés sur la réduction et la prévention des risques liés aux changements climatiques :

- Les organisations d’accueil analysent de manière plus efficace l’environnement oasien, et ont une meilleure connaissance de l’impact des changements climatiques sur ces territoires, ce qui permet une meilleure préparation aux crises.

- Les jeunes volontaires comprennent les risques auxquels leur environnement fait face et contribuent à leur prévention.

- Les communautés oasiennes sont sensibilisées aux impacts du changement climatique et peuvent en repérer les signes. Des plans communautaires de gestion des risques sont établis. Un public plus large, dans chaque pays, est alerté de ces risques et sensibilisé sur son rôle dans la protection de l’environnement.

- Les partenaires d’envoi ont une expertise élargie sur l’impact des changements climatiques et peuvent sensibiliser des candidats au volontariat, et plus généralement les sociétés européennes.

> OS4 :

- Communication : les partenaires européens ont amélioré la visibilité des actions des partenaires du Sud, et renforcé leurs capacités à diffuser et valoriser les activités de leurs de leur pays et en Europe. Une page d’atterrissage web sera créé, des comptes dédiés sur les réseaux sociaux.

- Visibilité des volontaires locaux et du volontariat européen : les associations et le grand public français et italiens auront une meilleur compréhension du rôle des volontaires locaux et des opportunités de missions avec EU Aid Volunteers sur les sujets climatiques.

- Capitalisation des apprentissages et formulation des messages clés pour une meilleure reconnaissance institutionnelle des jeunes volontaires locaux : les partenaires seront renforcés dans leur capacité à mener un plaidoyer au niveau de leur gouvernement national et d’institutions internationales pour faire reconnaître les volontaires locaux, améliorer leur statut et obtenir un appui dans leurs activités et projets.

Description de l’action:

Pendant les deux ans, les partenaires :

> Renforcent les capacités des organisations du Maghreb à mobiliser des jeunes volontaires dans leurs activités et leur gouvernance ;

> Créent des synergies entre les organisations de jeunesse et les organisations de protection de l’environnement intervenant dans les oasis ;

> Forment de jeunes volontaires à la prévention des risques liés au changement climatique ;

> Sensibilisent les communautés du Maroc, de la Mauritanie, de la Tunisie et d’Europe aux moyens de lutte contre le changement climatique dans les oasis.

Le projet TERO permet au grand public de mieux connaître le « système oasis » et son importance en matière de lutte contre la désertification, de sécurité alimentaire, de gestion durable des ressources. Les oasis constituent ainsi un modèle d’adaptation au changement climatique.

Bénéficiaires :

- Organisations bénéficiaires : 3 européennes et 3 non-européennes

> Employés européens et du Sud, au niveau directeur, manager, officer et autres niveaux : 100 européens, 171 au Sud.

> Volontaires européens et du Sud : 5 européens et 173 au Sud

> Individus de la population locale et pas directement liés aux organismes : 1467

En tout, ce sont 1916 personnes qui bénéficient des résultats de ce projet.

Budget : 768 214,21 euros

Détail du financement selon les bailleurs / perspectives de financement :

- Union européenne : 652 732,91 euros (environ 85 %)

- Autres contributions : 115 48&,30 euros

Premiers résultats:

Fin 2018, 9 mois après le lancement du projet, 40 animateurs et représentants d’associations locales (18 en Tunisie, 10 en Mauritanie, 12 au Maroc) ont été formés sur les méthodes de mobilisation de jeunes volontaires, 30 volontaires ont participé aux entretiens destinés à l’élaboration d’une étude sur les freins et leviers de l’engagement des jeunes et les premiers panneaux de sensibilisation sur le site de Ras el Oued en Tunisie ont vu le jour afin d’informer le public sur les enjeux du site (désertification, impacts du changement climatique). Par ailleurs, depuis octobre 2018, des épisodes issus du film documentaire « Jeunes volontaires face aux changement climatiques », réalisés par l’association ASOC sont en ligne sur sa chaîne Youtube (asoc gabes).

Quels sont les moyens humains ?

> Les coordinateurs du projet (CARI, France Volontaires)

> Les animateurs pour mobiliser les jeunes volontaires,

> Les membres et représentants des différentes associations partenaires et locales : Aofep, Asoc, Tenmiya, Focsiv..

> Un organisme de formation pour former les membres des associations à la question de la jeunesse et à la mobilisation des jeunes

Pour en savoir plus

Nom et contact de la personne de référence (chef de projet ou coordinateur) :

contact@france-volontaires.org

Site web :

Sur le site du CARI : http://www.cariassociation.org/Nos-projets/Projet-terrain/TERO-un-projet-devalorisation-de-l-engagement-des-jeunes-pour-l-environnement

Page Facebook créée à l’occasion du projet :https://www.facebook.com/groups/1967069886691480/

Pour la suite du projet…

Quelles perspectives dans l’avenir ?

Plusieurs activités sont encore prévues d’ici à 2020: des activités de renforcement de capacités des volontaires, des rencontres entre acteurs de la jeunesse, du volontariat et de la prévention des risques, ainsi que plusieurs activités de communication et de plaidoyer national et international pour faire reconnaître le rôle des jeunes volontaires dans la résilience climatique. Un guide sur l’accompagnement du volontaire devrait aussi être produit.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.